La tomate qui a du goût
 
tomatesoleil
La 7ème édition de la fête de la tomate et des légumes oubliés se déroulera le 2 septembre 2018, dans le cadre exceptionnel du CTH de GEMBLOUX.  En effet, vu l’énorme succès de l’édition 2017, nous vous fixons déjà rendez-vous pour ce prochain ”festival du goût”... sous le soleil évidemment.
 
Fete de la tomate 2018
Evènement convivial et festif ayant pour but de faire découvrir plusieurs centaines de variétés de tomates, proposées par des collectionneurs passionnés et par le Centre Technique Horticole de Gembloux.
 
Autre objectif, favoriser le partage du savoir et les nombreux trucs et astuces de culture destinée aux jardiniers amateurs.
 
La ”bourse aux graines” tant appréciée des visiteurs, devrait encore se révéler une franche réussite. Petit conseil: soyez présent dès le matin afin d’acquérir les variétés rares et originales... 
Seront également disponibles les graines de Semailles via le "Projet Komla" (Frédéric Devroye). 
 
Comme en 2017, d’autres légumes seront mis en valeur, notamment les piments et poivrons, dont le succès va grandissant d’année en année.
 
Au programme aussi, la vente de légumes produits par l’école du CTH et par un maraîcher bio.
 
Ce ”festival” s’adresse donc à un public aussi large que possible à travers une fourchette d’activités variées : découverte et vente de plantes aromatiques, ventes de livres sur la thématique des plantes, vente de condiments à base de tomate, dégustations. Sorbet ”parfum tomate” et vin de tomates etc.
 
Evènement incontournable, où vous êtes cordialement invité.
 
Confrence Jos 
EN PRATIQUE: 
Dimanche 2 septembre 2018: de 10h00 à 17h00
Adresse: Centre Technique Horticole. 
Chemin de Sibérie,4
5030 GEMBLOUX
Entrée gratuite,
accès handicapés, chiens en laisse bienvenus.
Boissons disponibles et possibilité de se restaurer (pain-saucisse)
Gembloux 2017

 Illu fte tomates 2018

lune

Semer et planter “avec la lune”...

Jardinons avec les phases de la Lune:

Décrié par certain, encouragé par d’autres, l’usage du calendrier lunaire fait polémique. L’agriculture biodynamique, elle, en fait un de ses principes. Il est notoire que la lune influence de nombreux phénomènes surtout les marées, la pousse des cheveux ou les naissances (ce dernier point est actuellement controversé). De même pour les végétaux qui verraient leur vigueur dépendre des phases de la lune. En suivant le calendrier lunaire, il serait tout à fait possible de jardiner en fonction des phases lunaires et d’en bénéficier au mieux !

phases lunaire

Le calendrier lunaire et son vocabulaire:

- Lune montante, lune descendante: il s'agit en fait de sa position dans le ciel, et non de sa forme.

- Lune croissante, lune décroissante: il s’agit de la forme de l’astre lunaire

- Périgée et apogée: le périgée est la distance la plus courte de la terre à la lune l’apogée étant l’inverse, la plus grande distance de la terre à la lune. Il est recommandé de ne rien faire au jardin les jours de périgée et d’apogée.

- Nœud lunaire: c’est la période, où, pendant quelques heures, la lune coupe le plan de rotation de la terre autour du soleil (2 x par mois). Pendant ces périodes, ce sont des moments aux effets négatifs sur la végétation, Il est recommandé de ne rien faire au jardin.

Lire la suite...

temps semis

Réussir ses semis de tomates

semis 1Les semis de tomates, sont faciles à réussir:

 les semis des tomates sont faciles à réussir, ils permettent de cultiver des variétés originales, anciennes et savoureuses... Trois facteurs sont primordiaux: la chaleur, l’humidité et enfin la lumière.

Quand semer les graines de tomates ?

La période idéale pour l’Europe occidentale, c’est le mois de mars et début avril.

Comment préparer et semer les graines de tomates ?

1) préparer les graines

2) préparer une caissette pour semis ou godets (pots)

3) préparer un mélange de 1/4 terreau horticole avec perlite + 1/4 sable de rivière (sable du Rhin) + 1/4 compost + 1/4 terre de jardin (tamisée).

4) préparer l’eau d'arrosage (brumisateur) ou sous-bac à géranium.

5) préparer des étiquettes (pour distinguer vos semis).

nurcerie 1

 

Semez les graines. Espacez d’environ 2 à 3 cm en tout sens. Ne pas oublier d’identifier vos semis avec étiquettes ou repère de semis. Humidifier le terreau de semis (brumisateur ou eau de pluie dans un sous-bac à géranium) Il faut environ une semaine au-dessus de 22° pour voir apparaître les premiers germes. C’est à ce moment que le semis a le plus besoin de lumière. Soit placer les godets sur le rebord d’une fenêtre bien exposée à la lumière, soit réaliser une nurserie avec éclairage néon ou LED. nurcerie 2

 

 

Les graines de tomates ne germent pas:

1) Les semences étaient peut-être trop vieilles ou abîmées.(Voir condition de stockage...). La faculté germinative des graines de tomates est de 4 à 10 ans environ dans des conditions normales de stockage. On rapporte que des graines plus âgées peuvent germer sans problème. Si vous conservez vos graines dans un congélateur, la faculté de germination sera beaucoup plus longue.

2) Le semi n’a pas été effectué à la bonne profondeur: pour obtenir une bonne germination, il faut placer la semence à la bonne profondeur. A retenir : plus une graine est petite, plus elle doit être placée en surface. il est conseillé de semer une profondeur égale à trois fois l'épaisseur de la graine. Soit max. 5 mm pour la tomate.

3) La température n’est pas assez élevée. La tomate exige une température située entre 20 °c et 27 °c. La germination est prévue entre 7 et 9 jours

4) Manque ou excès d’humidité. Certains légumes comme les tomates ont besoin de chaleur, d’humidité, et de beaucoup de lumière.

Lire la suite...

Quel engrais naturel utiliser au jardin et au potager ?

Le compost ou la chaux pour nourrir son jardin ou son potager ? On choisit ses engrais naturels selon leurs propriétés et les besoins du sol.

L’engrais apporte les éléments nutritifs manquants au sol du potager et du jardin. Certains fertilisants sont plus nourrissants, d’autres respectent mieux l’environnement. L’idéal est que les engrais soient naturels, de qualité et bien dosés.

Les 3 éléments essentiels au jardin (potager) sont l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). On peut aussi ajouter des oligoéléments, en petite quantité.

Avant de choisir, l’idéal est de connaître les caractéristiques du sol et les besoins des plantes qu’on souhaite cultiver.

 compostage

À privilégier : les engrais naturels

Les engrais naturels sont le plus souvent organiques (issus de végétaux ou d’animaux), plus rarement issus de roches (comme le calcaire ou le basalte).

L’avantage des fertilisants naturels ? Ils ne sont pas directement assimilables : ils nourrissent ou améliorent le sol, qui à son tour nourrit les plantes. L’action des bactéries du sol libère progressivement les éléments nutritifs, ce qui permet aux plantes de les absorber pendant longtemps.

Même si ces fertilisants sont naturels, il faut les utiliser avec parcimonie. On respecte les doses, sous peine d’abîmer les cultures. Le mieux est encore de s’en passer : pour des plantes peu gourmandes (mâche, ail, échalote, oignon), la rotation des cultures peut combler les besoins.

Les fertilisants de base

Le compost est un des meilleurs engrais organiques. On le produit à partir des déchets de jardin et/ou de cuisine. Pour le réussir, on veille à bien équilibrer les matières vertes et brunes. Le compost apporte de nombreux éléments nutritifs aux plantations. Il agit aussi comme amendement : il améliore les propriétés du sol, lui donne de la structure. Une fois nourrie, la terre légère retient mieux l’eau et les nutriments. Les sols lourds, eux, sont aérés et plus faciles à travailler.

Le fumier est un mélange d’excréments d’animaux et de litière (paille, sciure…). C’est à la fois un engrais et un amendement : il améliore les propriétés biologiques, physiques et chimiques du sol. Comme le compost, le fumier redistribue les éléments fertilisants petit à petit. Sa richesse dépend de son origine (lapin, volaille, porc, bœuf, cheval…). Avant de l’utiliser, il faut que le mélange ait commencé à se décomposer, surtout s’il est enfoui. Et on préfère le fumier d’un agriculteur bio à un fumier déshydraté vendu dans le commerce.

Le chaulage est un apport en chaux ou en éléments calcaires, calcaro-magnésiens ou sulfo-calcaro-magnésiens. Ces amendements diminuent l’acidité du sol et compensent les pertes en calcium et magnésium. Autres avantages : le chaulage stimule l’activité biologique et rend les matières nutritives assimilables.

Les engrais complémentaires

Malgré l’usage d’engrais de base, le sol peut encore manquer d’éléments nutritifs. Une analyse de sol peut identifier les carences. On ajoute alors des engrais complémentaires d’origine animale ou végétale pour compléter les besoins :

On choisit son fertilisant complémentaire en fonction de l'élément principal à apporter :tableau fertilisants

Les engrais verts sont des plantes qu’on cultive avant, pendant ou entre deux cultures, sur une courte durée. Ils enrichissent le sol en azote (trèfle, vesce, mélilot…), en phosphore (moutarde, sarrasin…) ou en potassium (colza, navet…). Ces engrais verts étouffent aussi les « mauvaises » herbes, protègent le sol de l’érosion. Ils améliorent aussi la structure du sol et permettent de développer la vie sous-terraine.

Les purins de végétaux sont des macérations de plantes. Pour en obtenir, on fait tremper les feuilles dans de l’eau. Après la fermentation, on filtre le tout et on dilue la préparation. On peut ensuite l’appliquer sur les cultures. L’ortie, riche en éléments nutritifs, est un très bon activateur de croissance. La consoude est aussi un bon en purin qui apporte beaucoup de potasse.

La cendre est riche en potasse ou en phosphore, selon les essences de bois. Sur un sol calcaire, on l’étale sur la surface du sol, en fine couche. On peut en récupérer de son poêle à bois, à condition que le bois de chauffage soit non traité.

Le sang séché est un sous-produit des abattoirs. C’est un excellent engrais de croissance. Très riche en azote, il convient au potager et au jardin.

La corne est riche en azote. Elle libère ses éléments nutritifs lentement dans le sol. Mais son action est plus rapide si elle est torréfiée plutôt que broyée.

Le guano est un engrais efficace, riche en azote. Il provient des excréments d’oiseaux marins, plus rarement de chauve-souris. On l’applique avant ou après les plantations.

La poudre d’os convient bien aux légumes à fruits et à racine. Surtout riche en phosphore, elle apporte aussi un peu d’azote. On l’utilise pendant ou après les plantations.

La farine d’arêtes de poissons est parfaite pour les légumes-racines et les légumes-fruits. Elle est riche en phosphore puis en azote. On la rend souvent liquide pour en faciliter l’utilisation. On l’utilise sur tous les sols et sur le compost.

La vinasse de betterave provient des résidus obtenus après extraction du sucre des betteraves. Elle est riche en potasse mais contient d’autres oligoéléments.

Le mulch est très utile mais apporte peu d’éléments nutritifs s'il n'est pas organique (carton, voile de protection...).

Les algues marines sont riches en azote et en phosphore.

On évite certains fertilisants si leur prélèvement épuise l’environnement dans lequel ils sont exploités. C’est le cas de la tourbe. Elle maintient une humidité favorable dans les sols acides mais est issue des fragiles milieux marécageux. Le lithothamne provient d’algues calcaires et régule le pH du sol. Mais son exploitation peut bouleverser l’écosystème marin.

 

À éviter : les engrais chimiques

Les engrais chimiques de synthèse ou engrais minéraux sont interdits en agriculture biologique. Ils proviennent de ressources non renouvelables et génèrent beaucoup de gaz à effets de serre. Leur fabrication peut contaminer les sols en métaux lourds, comme c’est le cas de certains engrais phosphatés.

Au potager et au jardin, les engrais chimiques sont moins utiles que les fertilisants naturels :

Ils sont directement assimilables par les racines des plantes : après l’application, les plantes reçoivent un « coup de fouet » mais les effets se dissipent vite. Au final, ils n’améliorent pas la qualité du sol.
S’il pleut juste après l’utilisation, les engrais sont lessivés par les pluies. Ils perturbent alors les équilibres naturels. Par exemple, trop de nitrate et de phosphore dans l’eau cause la prolifération d’algues aquatiques. Ces algues consomment tout l’oxygène présent et certains organismes disparaissent. C’est le phénomène d’eutrophisation.


Appliqués trop souvent sur les cultures, les engrais chimiques posent d’autres problèmes :

la vie du sol faiblit ;
les vers de terre disparaissent ;
la structure de la terre change ;
les plantes sont de moins en moins résistantes.
C’est pourquoi il faut à tout prix éviter les engrais chimiques et se tourner vers des engrais naturels ou des méthodes écologiques, comme la rotation des cultures.

 

Sources et pour en savoir plus :

INRA, la durabilité des engrais minéraux
Le sillon belge, 2017, « Comment bien fertiliser son sol ? »
Trédoulat T., 2011, « Le traité Rustica du jardinage avec la lune », éd. Rustica.
Louis J.-P., 1999, « Jardiner plus naturel », éd. minerva.
Beauvais M., 2011, « Jardiner bio sans se raconter de salades ! », éd. Rustica.

Avec l’aimable autorisation d’écoconso
www.ecoconso.be.

promo du mois

"Infos Tomates" applique les principes de la loi vie privée du 8 décembre 1992.
Ce site utilise des cookies pour optimiser les performances et analyser le trafic. Lors de l’analyse de ce site, certaines informations seront partagées avec Google.
L'utilisation de nos formulaires implique la collecte de données strictement nécessaires à votre demande.
En poursuivant votre navigations sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique.